Pourquoi la rencontre de la psychologie et de la méditation est-elle est essentielle ?

A l’heure où la méditation n’est plus réservée à une élite engagée sur une voie spirituelle orientale mais s’inscrit dans le champ de la santé mentale, la nouvelle génération de psychologues se trouve à la croisée des mondes. La méditation continue d’échapper aux cases où l’air du temps voudraient l’enfermer et trouve place au cœur de notre société moderne. La psychologie se dégage des carcans identitaires, elle s’ouvre à de nouveaux horizons de sens et de soins. C’est pourquoi il est nécessaire aujourd’hui d’engager une "pensée méditante" sur la rencontre entre la thérapie occidentale et le chemin de l’attention développé de manière laïque par le bouddhisme. L’attention ouverte favorise une écoute authentique, ancrée dans la présence corporelle, gage d’une parole libre qui tend à ne plus méconnaître la vérité de la souffrance, la singularité de l’expérience et le désir de vivre. La méditation alliée à la psychologie ouvrirait-elle un nouvel espace thérapeutique, une nouvelle entente de l’être humain plus profonde, hors de tout dogmatisme théorique, de présupposés philosophiques ou d’inscription religieuse ? Ce blog en est la recherche vivante.

dimanche 21 février 2010

LE BOUDDHISME ET L’AMOUR. Entretien avec Fabrice Midal

Question : Fabrice Midal, pourquoi écrire un livre sur l’amour lorsqu’on est, comme vous, enseignant bouddhiste ?

La tradition bouddhique dit quelque chose d’absolument inattendu par rapport à ce qu’on a l’habitude d’entendre en Occident sur ce sujet. Il vaut donc la peine d’en prendre pleinement la mesure. Lorsqu’on se confronte à la profonde méditation bouddhique sur l’amour, un doute salutaire survient : et si de l’amour, on ne savait rien ? De l’amour, on ne cesse de nous rebattre les oreilles, mais pour n’en rien dire, dans des discours désincarnés, qui ne font que nous décevoir toujours davantage. J’enseigne la médiation depuis de nombreuses années et n’ai pourtant cessé de constater que l’une des principales difficultés que rencontrent les pratiquants occidentaux est d’aimer, d’être aimé et, d’avoir un rapport ouvert et clair à l’amour. J’en viens donc à croire qu’il ne peut y avoir de véritable entente de la méditation et du chemin si on élude cette question de fond qu’est l’amour.

Que pointe le bouddhisme sous cette notion, apparemment si familière d’amour ? Nous pensons à « maitri », c'est-à-dire la bienveillance ou la bonté, à « karuna » que l’on a traduit par compassion et qui sont des notions cardinales du dharma ; mais qu’en est-il de l’amour proprement dit au sein du bouddhisme ?

Vous avez raison de relever cette notion de metta ou de maitri parce qu’il nous faut arriver à entendre l’amour dans la tonalité propre au bouddhisme et non à partir de nos idées occidentales. La tradition bouddhique envisage sous ce terme d’« amour » quelque chose de très éloigné de ce que nous comprenons immédiatement en Occident sous ce terme. Les enseignements n’abordent ainsi jamais l’amour comme une question d’ordre subjective, ou même intersubjective, c'est-à-dire comme un phénomène qui se passe exclusivement entre deux personnes. Ce n’est donc pas une question d’ordre sentimental. Elle est tellement plus vaste ! Tout le propos de mon livre est de remettre en question cette identification de l’amour à la sentimentalité — au point d’en faire une question mineure. Si bien que nous nous sentons coupé de l’ampleur de l’amour. Le taux élevé de dépressions dans les pays occidentaux en est un signe évident. Nous nous sentons séparés de notre cœur. Or l’être humain sans amour est un arbre déraciné, privé d’une des sources les plus fondamentales de vie. Sans amour, il n’y a ni espace ni sève pour croître.

Dans la perspective ouverte par le bouddhisme, l’amour est d’abord une expérience qui naît au sein de la pratique de la méditation. C’est une expérience d’ouverture et de présence qui à pour vocation à être équanime, c'est-à-dire à s’adresser à tous sans restriction. Un peu comme le soleil dont les rayons éclairent toutes directions sans en préférer aucune, l’amour ne se limite en aucun cas à quelques êtres et sa mesure n’est pas bornée à la « préférence ». Lorsque nous nous promenons dans la nature, par exemple, survient souvent une impression d’harmonie. On se sent accueilli au sein du monde ; nous y avons notre place. Il y a alors un sens de présence, de détente, d’ouverture, de chaleur. Nous n’avons plus ce sentiment d’isolement, de coupure. Nous touchons ici la vérité de l’amour d’une manière évidente et entière. Nous faisons tous l’erreur de partir de la relation amoureuse pour comprendre l’amour alors qu’il faudrait partir de l’amour pour comprendre la relation amoureuse.

Dès lors, qu’est-ce l’amour en vérité et comment nous y relier ?

Le verbe « aimer » est employé à tort et à travers. Ne dit-on pas que l’alcoolique aime l’alcool, comme le sportif le sport, l’amant son aimée, la mère son enfant… Tout est mélangé. Aussi faut-il rappeler que l’amour est l’aspiration pure et simple que celui que j’aime soit. Vouloir que l’autre soit tel qu’il est. Ainsi, hormis cette qualité de présence animée d’amour que l’on peut découvrir durant la méditation ou en se promenant dans la nature, nous pouvons découvrir que l’aspiration première du cœur humain est d’aimer. Aimer n’est donc pas le fruit d’un effort, ni même d’une résolution qu’il nous faudrait prendre Ce que nous avons à faire n’est donc pas d’aimer mais de cultiver en nous-mêmes ce mouvement naturel du cœur, de le laisser être, de lui donner droit. On peut apprendre à aimer et il existe de nombreuses pratiques bouddhiques permettant d’éveiller cette aspiration native. Je mets de plus en plus l’accent sur cet enseignement dans les séminaires que je dirige, avec des effets surprenants. Le bouddhisme contient de nombreuses pratiques pour faire naître l’amour, à le faire fleurir qui sont si rarement présentées. C’est un fait malheureux. Nous laissons si peu de place à l’amour dans nos vies parce qu’aimer comporte un risque, et demande une certaine nudité – évidemment très inconfortable. Aimer fait peur et nous préférons habituellement la sécurité. Mais c’est cela qui en fait toute la beauté.

Le titre de votre ouvrage : « Et si de l’amour on ne savait rien ? »* est très déconcertant. Vraiment, de l’amour nous ne savons rien ?

Sentir que l’amour est la question la plus importante et qu’elle n’a pas été suffisamment prise au sérieux est le premier pas qu’il nous faut faire. Oui. Nous devons reconnaître que nous avons perdu le fil que Dante évoque lorsqu’il écrit que « l’amour meut le ciel et les étoiles. » Mais si de l’amour, on ne sait rien, l’aspiration profonde à lui donner pleinement droit est présente en tous les êtres. C’est le paradoxe. Nous savons tout de l’amour. Chaque être humain sait tout, car son cœur est vivant. Mais nous avons perdu la clef de notre cœur. J’espère que ce livre permettra à chacun de la retrouver.
* Et si de l’amour on ne savait rien ? sorti le 04 février 2010 chez Albin Michel


Séminaire de méditation et d’enseignement

« Et si de l’Amour on ne savait rien ? Le sens authentique de la relation ».
Dans le prolongement de son livre, Fabrice Midal nous présentera les impasses et les erreurs qui recouvrent le sens véritable de l’amour. Mais surtout il montrera comment vivre l’amour au quotidien, au cœur des relations qui sont autant d’occasion d’entrer dans la vraie vie. Comment faire, une fois l’amour reconnu pour le laisser nous guérir, pour lui permettre de nous plonger dans la joie ? Car comme le souligne le poète Edmond Jabès : « L’enfer c’est, peut être, l’impossibilité d’aimer » — qui nous menace tous. Et s’il était temps de redonner à l’amour sa place ? L’enjeu de ce séminaire sera d’explorer le sens de la relation sous tous ses modes — dans l’amitié et dans la relation charnelle, dans la tendresse et dans la conjugalité, dans l’exigence réellement spirituelle, en essayant à chaque fois d’en reconnaître et d’en montrer la perfection. La pratique méditation assise sera transmise telle que Chögyam Trungpa la présentait, en montrant en quoi elle nous dispose à vraiment aimer. Seront aussi transmises des disciplines bouddhiques spécifiques qui visent à nous apprendre à donner droit au renversement de perspectives qu’opère l’amour (maitri).

Séminaire présenté et enseigné par Fabrice Midal, au centre Vajradhara Ling en Normandie, du 02 au 09 août 2010. Prix : 760 euros (repas et hébergement inclus). Pour des raisons d’organisation et de capacités d’hébergement limitées, il est fortement recommandé de s’inscrire au plus tôt.
http://www.ecole-occidentale-meditation.com/

Cet article fait la une de couverture du journal Bouddhisme Actualités, N°121, février 2010.
En kiosque actuellement. Photo Fabrice Midal ©Manuela Böhme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire